Publicité

Fernando Botero, le plus grand artiste colombien, est mort à 91 ans

Il imaginait des femmes aux formes opulentes et voluptueuses. Le peintre et sculpteur Fernando Botero est mort hier à l’âge de 91 ans, a annoncé sur le réseau social X (anciennement Twitter) le président colombien Gustavo Petro. Selon la presse nationale, celui qui était considéré comme un des plus grands artistes du XXème siècle avait vu son état de santé se dégrader ces derniers jours, souffrant notamment d’une pneumonie. Il avait imposé un style immédiatement reconnaissable : des personnages volumineux qui dégagent une légèreté, une souplesse, une grâce, une sensualité, une magie. Né en 1932 à Medellin, le garçon développe un talent précoce pour le dessin au point de se faire publier dans un journal à tout juste 16 ans. Admirateur de Pablo Picasso, il approfondit ses connaissances en séjournant en Europe, pour étudier les maîtres espagnols à Madrid au musée du Prado, Diego Velasquez et Francisco de Goya en tête. Ses sujets de prédilection sont les natures mortes, les nus, les portraits de famille, les scènes de tauromachie et du quotidien. Son œuvre devient plus politique quand il parle de la violence qui gangrène son pays d’origine ou de la torture pratiquée à la prison d’Abou Ghraib.

À lire aussi Fernando Botero : "Je n'aime pas dire 'gros'"

En 2017, le JDD avait rencontré Fernando Botero alors qu’il exposait à l’Hôtel de Caumont (Aix-en-Provence), lui qui s’était installé en France dans les années 1970, entre Paris et Monaco, où il est décédé. Il avait alor...


Lire la suite sur LeJDD