Fertilité masculine : le sperme de moins en moins riche en spermatozoïdes, partout dans le monde

Réunion des résultats de 223 études au sujet de la fertilité masculine, menées dans 53 pays, sur 6 continents, entre 1973 et 2018, la synthèse réalisée par les épidémiologistes Hagai Levine (Université hébraïque de Jérusalem), Shanna Swan (faculté de médecine Mount-Sinai à New York), et leurs collègues, est l'une des plus exhaustives publiée à ce jour. Ses conclusions, révélées mardi 15 novembre dans la revue Human Reproduction Update, sont alarmantes.

La concentration moyenne de gamètes dans le sperme divisée par deux

De 1973 à 2018, en moins de 50 ans donc, la concentration moyenne de gamètes dans le sperme de la population masculine mondiale est passée de 101 millions par millilitre (M/ml) à 49 M/ml. Or, ce dernier taux est déjà considéré comme celui d'un homme très peu fertile. Tous les pays, pas seulement ceux dits occidentalisés, sont concernés.

Les causes de cette chute de la fertilité masculine sont nombreuses :

le mode de vie : sédentarité, tabagisme, consommation d'alcool, alimentation, stress... l'environnement : pollution atmosphérique, pesticides, perturbateurs endocriniens (phtalates, bisphénol A...), métaux lourds (plomb...)... la présence de certains médicaments et substances de synthèse (plastifiants...), notamment dans l'alimentation.

...

Lire la suite