Fiat 500e cabriolet : volage et voltage

·1 min de lecture

La légendaire turinoise se renouvelle toujours. Aujourd’hui, elle se convertit à l’électrique pour rayonner dans nos villes et pour le plus grand plaisir du groupe Boulevard des Airs.

Les icônes se reconnaissent aussi à leur faculté de se réinventer. En se convertissant au 100% électrique, l’italienne témoigne d’une modernité intacte tout en relevant un sacré défi. À la conduite, le pari est parfaitement réussi. Plus silencieuse, plus confortable et plus rassurante que la version thermique toujours au catalogue, la 500e distille un plaisir évident. En ville, elle rayonne par sa vivacité, sa maniabilité et la douceur de sa direction.

Lire aussi:Des "Casa" pour la Fiat 500 cent pour cent électrique

Sur voies rapides, elle séduit par sa stabilité et son mode Range permettant de n’utiliser que la pédale d’accélérateur… pour favoriser l’autonomie, variant de 140 à plus de 400 kilomètres selon l’usage et la météo.

Un habitacle joliment présenté.
Un habitacle joliment présenté.

Un habitacle joliment présenté. © Jean-Philippe Pariente

Dotée d’une batterie de 42 kWh, rechargeable en six heures sur une prise 7,4 kW, la mutine transalpine conserve un mini-gabarit (3,63 mètres) et un coffre riquiqui (185 litres), mais elle hérite d’un habitacle joliment présenté, d’une ergonomie soignée, d’aspects pratiques rehaussés et(...)


Lire la suite sur Paris Match