Fibrome : les symptômes qui doivent pousser à consulter

IStock - Nortonrsx

Près de 30 à 60 % des femmes sont atteintes par un fibrome utérin en France. Également appelée myome ou fibromyome, cette pathologie est la tumeur non cancéreuse la plus fréquente chez la femme en âge de procréer et la première cause d’ablation de l’utérus dans l’Hexagone. Elle peut survenir sur les trompes de Fallope, le col de l’utérus ou au niveau du ligament large.

Dans une grande majorité des cas, les femmes ne présentent aucun symptôme lorsqu’elles sont atteintes par un fibrome utérin. Cette tumeur bénigne peut être identifiée au cours d’un examen gynécologique ou d’une échographie.

Le fibrome utérin peut parfois provoquer d’importantes manifestations qui sont très handicapantes au quotidien. Il est très important de consulter rapidement un médecin si la patiente est atteinte par :

Il est possible qu’un fibrome utérin soit diagnostiqué lors d’un bilan pour une anémie qui est causée par les pertes sanguines abondantes ou d’une infertilité.

Face aux signes cliniques, le médecin traitant ou le gynécologue observe la forme, le volume ainsi que la consistance de l’utérus afin de repérer un ou de fibromes utérins pendant un examen gynécologique.

Plusieurs examens complémentaires peuvent être pratiqués en cas de suspicion de fibromes utérins. Une échographie abdominopelvienne associée au Doppler permet notamment de confirmer le diagnostic. "Elle peut être réalisée grâce à une sonde passée sur la paroi de l'abdomen et de la région pelvienne (échographie transcutanée) ou grâce à une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite