Fibromyalgie : les nouveautés côté traitement et prise en charge

La fibromyalgie a longtemps été sujette à polémique malgré sa reconnaissance par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 1992. D’abord identifiée comme une maladie rhumatismale, un trouble psychosomatique voire un problème imaginaire, elle est aujourd’hui considérée comme une pathologie de la douleur bien spécifique, qui touche près de 3 millions de personnes en France - majoritairement des femmes. La cause principale est identifiée : « un dysfonctionnement cérébral du système de détection et de modulation de la douleur », explique le Pr Didier Bouhassira, neurologue à l’hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt et auteur de L’Anti-Douleur (ed. Cherche Midi). Mais face à une grande diversité de symptômes, très variables d’une personne à l’autre, le diagnostic reste difficile à poser, et beaucoup de patients errent d’un médecin à l’autre, avant d’être pris en charge. C’est en train de changer et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) est sur le point de publier un grand rapport sur le sujet (début 2020), pour faire l’état des lieux des connaissances scientifiques de la maladie, de son impact psycho-social et des pistes thérapeutiques. Décodage des progrès en cours et des solutions avec notre expert.

Un meilleur diagnostic

La fibromyalgie est une maladie sans lésions individuellement repérables ni anomalies biologiques détectables. Si l’imagerie cérébrale a bien permis d’identifier des dysfonctionnements dans certaines aires du cerveau, il ne s’agit que de moyennes sur des cohortes de patients, et les examens isolés ne sont pas significatifs. Cela viendra, mais pour l’instant, l’IRM serait inutile et les radios, comme la prise de sang, permettent seulement d’écarter d’autres causes. Le diagnostic repose plutôt sur l’interrogatoire et l’examen clinique, en s’appuyant sur des critères mis à jour en 2016. Les douleurs diffuses sont toujours associées à beaucoup d’autres manifestations à évaluer, telles que la fatigue intense, un trouble

(...) Cliquez ici pour voir la suite