Ma fille a fait sa première rentrée en maternelle (et c'est toute une aventure)

Adobe Stock
Adobe Stock

On n'a pas de souvenirs de notre premier jour en maternelle, une fois adulte. On se rappelle des rentrées au primaire à la rigueur, des retours en trainant des pieds au collège et au lycée, mais pas de cette matinée-là, qui signe la fin des siestes à tour de bras et des jeux sans limitation de durée (du moins jusqu'à la retraite). Ce qu'on sait en revanche, c'est que c'est un moment spécial. Un envol symbolique qui laisse des traces douces-amères dans le coeur des parents. Et qu'il y a des larmes, bien souvent. Reste à déterminer chez qui : les petits ou les grands.

Thelma est mon premier enfant. Elle aura 3 ans en novembre. Elle aime les dinosaures, les robes qui tournent, T'Choupi, sa cabane et prendre les jouets des autres. Prêter les siens en revanche, pas vraiment. Il paraît que "c'est normal à son âge", m'a-t-on répété pour me rassurer. Soit ça, soit elle est de droite. Je préfère croire les gens.

Ce petit blocage sur le partage, c'est le seul truc qui me faisait un peu craindre son arrivée à l'école. Depuis plusieurs semaines, j'espère qu'elle finira par enfin sortir de cette "phase" pour réaliser que jouer à deux, c'est mieux, et ne pas finir solo à la récré. Ça, et la bouffe. Elle a une petite obsession pour les patates et les raviolis, et du mal avec les légumes. Les épinards de la cantine risquent de lui faire tout drôle. Un point de plus pour ma cuisine approximative, je me dis.

Ce qui ne m'inquiétait pas une seconde par contre, c'était...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi les filles devraient toutes se mettre au foot
Pourquoi "La puissance des mères" est l'un des grands livres de la rentrée
6 youtubeuses féministes à suivre de toute urgence