Flambée des prix de l’énergie : TotalÉnergies a engrangé 5 milliards de dollars de bénéfices

Les revenus du groupe industriel, qui se maintient en Russie, ont explosé ce trimestre.

« Un scénario possible » : TotalEnergies n'écarte pas l'idée de devoir quitter complètement la Russie sous l'effet des sanctions européennes, après avoir déjà dû renoncer au projet de gaz liquéfié Arctic LNG 2, affectant en partie ses florissants résultats trimestriels.

Le géant français a annoncé jeudi un bénéfice net de 4,9 milliards de dollars au premier trimestre, porté par la flambée des prix du gaz et du pétrole.

Il a aussi dû inscrire dans ses comptes une dépréciation de 4,1 milliards de dollars concernant plusieurs actifs russes, dont sa participation au projet Arctic LNG 2, entravés par le durcissement des sanctions contre Moscou.

Ce gigantesque site de production, dont TotalEnergies détient 10%, devait réaliser sa première livraison de GNL (gaz naturel liquéfié) depuis la Sibérie en 2023.

Protéger la valeur des actifs

« Nous n'avons jamais dit que nous resterions en Russie. Nous n'avons simplement pas dit que nous en partirions, c'est un peu différent », a déclaré le PDG du groupe Patrick Pouyanné, lors d'un échange avec des analystes financiers.

Désormais, « notre activité en Russie tourne essentiellement autour du GNL venu de Yamal LNG. Le volume sur ce contrat est énorme, il représente beaucoup d'argent et nous devons l'honorer tant que les sanctions nous permettent de le faire », a-t-il ajouté.

« Le conseil d'administration a décidé d'aborder la situation russe de manière responsable, en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles