Flavie Flament victime de violences conjugales : ses douloureuses confidences

·1 min de lecture

Alors qu'elle prête sa voix à une série de documentaires autour des violences conjugales, Flavie Flament a accepté de revenir auprès de Ciné Télé Revue sur cette cause qui lui tient particulièrement à cœur.

De douloureux souvenirs. Invitée à prêter sa voix à Crime conjugal, une toute nouvelle série de documentaires de AB3 sur les violences conjugales, Flavie Flament n’a pas hésité une seule seconde. Et pour cause, l’animatrice, en raison de son histoire personnelle, est particulièrement sensible à cette question, comme elle l’expliquait ce jeudi 18 novembre à nos confrères de Ciné Télé Revue, cités par Gala.

« C'est ma façon d’apporter ma modeste pierre à l’édifice » 

« J’ai été victime d’un viol à l’âge de 13 ans et j’ai subi des violences conjugales », a ainsi déclaré l’ancienne compagne de Benjamin Castaldi qui avait déjà évoqué son passif dans le livre, Les chardons. « Donner un éclairage supplémentaire en portant le commentaire de cette histoire est ma façon d’apporter ma modeste pierre à l’édifice », estime en effet la journaliste pour qui sa célébrité, elle l’espère, peut aider à faire bouger les lignes. « Ma notoriété ne m’a jamais intéressée et m’a apporté plus de désagréments au final que d’épanouissements sauf quand il s’agit de la mettre au service de causes importantes pour moi », précise celle qui reconnaît avoir « un discours nuancé » concernant la libération de la parole. » Et d'expliquer son propos : « C’est une ineptie de croire qu’il suffit de dire 'je suis une victime de violences' pour enlever la douleur. Non. Cela la...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Grenelle des violences conjugales : Sandrine raconte comment sa soeur est morte, immolée par le feu par son mari

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles