Fleurs d’Ici sème le renouveau de l’horticulture française

En 2020, 3 Français sur 4 ont acheté au moins un végétal. Dans ce marché florissant, le problème est que 9 fleurs sur 10 viennent de l’étranger au détriment de l’horticulture française et de la biodiversité. D’où l’idée de Fleurs d’Ici et ses circuits courts, une idée qui a germé dans la tête de de sa fondatrice, Hortense Harang.

Le terme de circuit court est particulièrement en vogue actuellement mais que recouvre-t-il exactement ?

Hortense Harang : Effectivement l’adjectif « court » prête parfois à confusion. Si l'on s’en tient au code des marchés publics : « Est considéré comme circuit court un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire entre l’exploitant et le consommateur ». Le terme de « court » fait donc référence au nombre limité d’intermédiaires et non à une notion géographique, même s’il est évident que la proximité permet des économies sur le transport et donc une moindre émission de gaz à effet de serre. De même, s’il est majoritairement utilisé dans le domaine agricole, il ne lui est pas réservé et beaucoup de secteurs s’ouvrent aux circuits courts.

Hortense Harang, fondatrice de Fleurs d'Ici. © Fleurs d'Ici
Hortense Harang, fondatrice de Fleurs d'Ici. © Fleurs d'Ici

Par exemple sur l’horticulture avec Fleurs d’Ici ?

Hortense Harang : Exactement. Avec Fleurs d’Ici, les roses sont par exemple vendues de mai à novembre et non pour la Saint-Valentin ! Nos bouquets sont composés des fleurs offertes par les saisons, cueillies à maturité et cultivées par de petits horticulteurs locaux. C’est bon pour la Planète, l’emploi local et les fleuristes dont l’approvisionnement devient plus difficile.

Pourquoi votre start-up va-t-elle changer le monde ?

Hortense Harang : Avec Fleurs d’Ici, il s’agit de participer à la sauvegarde de l'horticulture française en permettant aux petits producteurs de vendre à juste prix et d’apporter des commandes supplémentaires aux fleuristes...

> Lire la suite sur Futura