Flics torturés, “grosses couilles et petit cerveau” : Olivier Marchal dans ses œuvres sur Netflix

Bruno Deruisseau
© Mika Cotellon/Netflix
© Mika Cotellon/Netflix

“Vous êtes de vrais hommes : grosses couilles et petit cerveau”, lance un policier à son collègue au début de Bronx, énième polar crépusculaire d'Olivier Marchal, cette fois produit par le géant du streaming.

Cette définition de la masculinité, pour le moins arriérée, en appelle forcément deux autres : ça veut dire quoi avoir de “grosses couilles” et un “petit cerveau” ? Cette problématique, l'ex-inspecteur de la P.J. devenu acteur puis réalisateur y a consacré sa filmographie (36 quai des Orfèvres, 2004, Les Lyonnais, 2011).

Lire la suite...