Flower power : le pouvoir caché des fleurs

Alice Elia
·1 min de lecture

Jamais notre besoin de plantes en tout genre n'a été aussi essentiel. Au-delà du bien-être immédiat que les fleurs nous procurent, elles recèlent également des trésors pour notre peau. Enquête sur ce flower power.

Les installations virtuelles de l'artiste Timo Helgert (@ vacades), connu pour ses images de nature envahissant les villes, ne nous ont jamais autant fait de l'œil. Les comptes de fleuristes, du très chic Debeaulieu au champêtre Flowrette, gagnent chaque jour des followers. Les ateliers d'art floral en ligne de Willow Crossley (@ willowcrossleycreates), fleuriste et auteure anglaise au quotidien très photogénique, nous font l'effet de bouffées d'oxygène. Et si la filière agricole française est durement touchée par les confinements, on a assisté, lors de la réouverture des fleuristes et jardineries au printemps dernier (chez Truffaut notamment*), à une ruée sur les végétaux, parmi lesquels beaucoup de plantes fleuries. Bref, le temps d'une pandémie, les fleurs sont passées du « un peu, beaucoup » au « passionnément ».               

L'attrait pour leurs pétales et leurs couleurs n'est certes pas nouveau, a fortiori dans le monde de la mode, des cosmétiques et surtout de la parfumerie, où ils sont historiquement associés à l'archétype d'un éternel féminin. « Mais les fleurs représentent une forme de décélération dont on a envie et besoin en ce moment. Pour les citadins, surtout en temps de confinement, en avoir chez soi est aussi une façon d'amener l'extérieur à l'intérieur, et de cultiver le terreau d'un certain bien-être », décrypte Audrey Roulin, directrice beauté à l'agence de conseil NellyRodi. Elles seraient un moyen de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi