On fond pour la mirabelle : 4 raisons de l'adorer

·1 min de lecture

Confitures, liqueurs, tartes… alors que la saison bat son plein, la reine des prunes fait recette !

La marque d'un terroir 

Une couleur jaune doré, un taux de sucre minimal garanti et un diamètre d'au moins 22 mm… Depuis vingt-six ans, la Lorraine, qui fournit 80 % de la récolte mondiale de mirabelles, protège sa prune avec une IGP aux critères très stricts. Les premières traces de son apparition remontent au XVe siècle, à Mirabeau (Vaucluse), où le duc d'Anjou et de Lorraine la cultivait déjà, avant qu'elle ne soit introduite progressivement dans les régions de Metz et de Nancy, aujourd'hui son berceau. Présente de cinq à six semaines sur les étals, généralement à partir de la mi-août, la mirabelle se prête à toutes sortes de déclinaisons : en confiture, compote, sirop, eau-de-vie, liqueur… mais surtout en tarte.

La tarte ultime      

On s'inspire de la recette de Quentin Peron, chef qui a été en résidence tout l'été au Chardon, à Arles. Pour la pâte : 125 g de chapelure de pain rassis ou de polenta, 125 g de farine de pois chiche, 100 g de beurre ramolli, 80 g de sucre non raffiné, 2 œufs. Pour la garniture : 300 g de mirabelles, 2 cuil. à café de miel, 3 pincées de zaatar, 3 branches de thym, 1 cuil. à soupe de tahini, le jus de 1 citron, 3 pincées de sumac. Mélangez tous les ingrédients de la pâte. Formez une boule puis étalez-la entre deux feuilles de papier sulfurisé. Optez pour une forme ronde et écartez les chutes. Dénoyautez les mirabelles. Mélangez-les avec 1 cuil. à café de miel, le zaatar et le thym effeuillé....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles