La fondatrice de #MeToo réagit au verdict du procès Johnny Depp / Amber Heard

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

C'est à l'issue d'un procès de 7 semaines et de 13 heures de délibération que Johnny Depp et Amber Heard ont tous deux été condamné·e·s pour diffamation. Amber Heard devra donc verser 15 millions de dollars (réduits à un peu plus de 10 millions de dollars par la loi locale) et son ex-époux Johnny Depp, 2 millions de dollars.

Un verdict qui beaucoup fait réagir les militantes féministes. Et notamment, Tarana Burke, qui a initié le mouvement #MeToo. Elan sororal de libération de la parole qui, à l'écouter, ne serait pas mis en péril par l'issue de ce procès, comme beaucoup de voix l'ont avancé sur les réseaux sociaux. Bien au contraire même.

"Vous ne pouvez pas nous tuer. Nous sommes au-delà du hashtag. Nous sommes un mouvement", a-t-elle affirmé à ce titre, comme le rapporte la chaîne d'informations américaines CNN.

"Le mouvement est très vivant"

"Le mouvement est très vivant. #MeToo n'est pas mort, c'est le système qui est mort", a encore décoché Tarana Burke, qui a également précisé que de nombreuses personnes essayaient de "tuer le hashtag tous les quelques mois, puisqu'il signifie tant pour des millions et des millions de personnes". Pour la militante féministe, les milliers de publications clamant l'innocence de Johnny Depp n'auraient donc pas eu d'incidence sur #MeToo.

Tel que le rapporte encore CNN, c'est notamment sur TikTok qu'un vaste mouvement de soutien s'est déployé à l'égard de Johnny Depp. Amber Heard, quant à elle, a...

Lire la suite


À lire aussi

Les tips pro/perso de Marie Viard-Klein, fondatrice des chaussures vegan Minuit sur Terre
"Les mâles du siècle", le film qui prend le pouls des masculinités après #MeToo
Dans "Baiser après #MeToo", Ovidie écrit à nos amants foireux

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles