Food shaming : une diabolisation de certains aliments qui met à mal notre santé mentale

© Peter Dazeley / Paul Taylor - Getty

Les glucides, le gras, puis plus récemment le sucre... Voilà des années que la société part régulièrement en guerre contre certains aliments. Mais cette diabolisation, au-delà d’être parfois infondée et surtout malsaine, peut entraîner des comportements alimentaires risqués.

Féculents, aliments gras ou sucrés. Nombreux sont les produits qui sont pointés du doigt car vus comme incompatibles avec une alimentation équilibrée.

Cette diabolisation a même un nom, le food shaming que l’on pourrait traduire par la "culpabilisation" de la consommation de certains types de nourriture.

Une tendance qui est personnelle - suivant l’éducation que l’on a reçue et l’environnement dans lequel on évolue - mais qui fluctue également selon l’époque et la pensée commune.

“Dans les années 80 on diabolisait les glucides avec le fameux régime des sans ‘3p’ - pomme de terre, pâtes, pain -, c’était la chasse aux féculents. Dans les années 90 c’était la guerre au gras et aujourd’hui, on s’attaque au sucre”, affirme Karen Demange, psychologue clinicienne et coach en nutrition.

“L’idée de diaboliser certains aliments et de les interdire dans une alimentation n’est pas nouvelle. Généralement, on se trouve un nouvel ennemi quand on prouve que celui que l’on pointe du doigt n’est pas tout noir. Par exemple, on a pu montrer que les matières grasses étaient essentielles à la santé”, illustre Marie Anne...

Lire la suite

VIDÉO - Déclic - Vanessa (Gras Politique) : "Mon déclic à moi, c'est d'avoir arrêté les régimes"