• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Fort Boyard" : Baptiste Giabiconi fait encore rire les téléspectateurs dans une séquence d'anthologie

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour sa dernière de l'été, Fort Boyard a fait appel à l'un de ses invités mythiques. Baptiste Giabiconi a mené l'équipe qui tente de remporter des "boyards" pour l'ultime fois de l'année le samedi 28 août 2021, et a été le protagoniste d'une scène hilarante. Pendant l'épreuve du train fantôme, il n'a pas pu s'empêcher de crier, quitte à s'époumoner.

Embarqué dans son wagon, dans le noir le plus complet, il n'a pas pu cacher son effroi face à l'éclatement d'un ballon de baudruche par Passe-Muraille, la chute d'insectes sur son crâne, ou encore la découverte de scorpions installés face à lui, une fois sorti de l'obscurité. Il a su retrouver son calme au moment de décrocher le petit papier collé au ventre d'une de ces petites bêtes, devant ses camarades impressionnés. C'était une fausse joie : le papier n'était qu'un leurre, et rien n'y figurait. "Qu'est-ce qu'on fait, on repart ?!", s'est étonné l'héritier de Karl Lagerfeld, les yeux écarquillés.

Brahim Zaibat, Eglantine Eméyé ou encore Nathalie Simon se sont délectés à la vue de cette scène. Il faut dire que Baptiste Giabiconi n'en est pas à son coup d'essai, lorsqu'il s'agit d'entrer dans les annales de la télévision. En août 2014, le mannequin avait déjà été le protagoniste d'une séquence d'anthologie dans le jeu d'aventures.

Durant l'épreuve du safari, un tigre avait mordu son pneu et provoqué sa crevaison. Agacé par ses coéquipiers qui le poussaient à poursuivre l'épreuve, il s'est emporté, avec un accent prononcé et filmé en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles