"Fort Boyard" : un personnage emblématique quitte le jeu

La prochaine édition de Fort Boyard se fera sans lui. Alors que la production de l'émission tente d'adapter ses épreuves aux nouvelles règles de distanciation sociale, un des personnages phares du programme a décidé de prendre le large comme il l'a expliqué à nos confrères de TvMag. Cyril André, alias Mister Boo, laissera donc sa place à un nouveau comédien dès la rentrée prochaine après sept ans de bons et loyaux services : "Je ne rempile pas cette année." Un choix difficile qui a laissé les fans de l'émission perplexes... En effet, certains internautes ont immédiatement fait le lien entre la récente condamnation de prison avec sursis de Mister Boo et ce départ soudain. Mais selon lui, il n'en est rien. Cyril André veut se consacrer entièrement à ses projets personnels et se rapprocher de sa famille.

"J’aurais préféré que le personnage disparaisse avec moi..."

"En fait, j’ai plusieurs projets : ma maison est en construction et j’envisage d’ouvrir ma salle de sport dans un an. Il m’est impossible de tout concilier", a-t-il expliqué sereinement. Cependant, lorsque l'idée d'un possible licenciement de la part de ALP Production est évoquée, Mister Boo sort les griffes : "L’année dernière, j’y songeais déjà. Et j’ai prévenu la production fin octobre 2019 que je ne voulais pas revenir l’année suivante car je venais de concrétiser le lancement de mes projets. Ça faisait sept ans que j’y participais et plus les années passaient, plus les journées de tournage s’allongeaient", a-t-il confié. De plus, le manque de sa famille commençait à lui peser : "Partir quatre semaines loin de chez moi, de ma boutique était pesant et contraignant même si je m’y amusais beaucoup."

Avant de quitter les bancs de France 2, Mister Boo a eu une dernière requête : faire mourir son personnage de Mister Boo avec lui. Du côté de la production, c'est un non radical : "J’aurais préféré que le personnage disparaisse avec moi. (...) Selon eux, ce personnage a son importance dans le jeu donc ils ne peuvent

(...) Cliquez ici pour voir la suite