Frédéric Mitterrand : souvent “insulté dans le métro”, il nie tout acte de pédophilie

Il croyait venir parler du XIXe siècle et de son nouveau livre Napoléon III et Victor Hugo : le duel (ed. XO Éditions)… C’est pourtant sur des évènements plus récents que Frédéric Mitterrand a dû revenir. Lundi 30 décembre 2019, l’ancien ministre de la Culture était invité sur le plateau de l’émission Les Grandes Gueules, sur RMC Story. Alors qu’il venait faire la promotion de son ouvrage, publié le 14 novembre dernier, il s’est retrouvé à discuter malgré lui d’un sujet délicat : l’affaire Matzneff. L’écrivain français Gabriel Matzneff n’a jamais caché son attirance pour les plus jeunes, et décrivait même des actes de pédophilie dans ses écrits. Si les faits datent en réalité des années 1980, période de succès de l’auteur, c’est aujourd’hui l’une de ses victimes présumées qui relance le scandale. L’éditrice Vanessa Springora accuse l’octogénaire de pédophilie dans son livre Consentement (ed. Grasset), qui paraîtra le 2 janvier 2020. Elle y détaille notamment la relation qu’ils ont eue alors qu’elle n’était qu’une collégienne.

⋙ Gabriel Matzneff : pourquoi l'écrivain n'a-t-il jamais été inquiété malgré les accusations de pédophilie ?

C’est cette sortie qui a fait ressurgir l’affaire, et parallèlement les accusations dont Frédéric Mitterrand a fait l’objet. On reproche au neveu de l’ancien président de la République d’avoir commis des actes à caractère pédophiles. C’est en 2005, au moment de la publication de son autobiographie La mauvaise vie (ed. Robert Laffont), que l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy entre dans la polémique. Dans son ouvrage, il évoque ses escapades dans des clubs thaïlandais : “La profusion de jeunes garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de refréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur du système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas”, écrivait-il à l’époque. Des propos qu’il nuance aujourd’hui, en affirmant qu’il ne s’agissait en aucun cas de

(...) Cliquez ici pour voir la suite