Publicité

Les Français seraient moins racistes, moins sexistes et moins homophobes, mais plus violents dans l'intolérance

Selon le rapport annuel sur les discriminations en France, l'Observatoire des inégalités a constaté une amélioration concernant le racisme, le sexisme et l'homophobie parmi les Français. Cependant, les violences sont toujours bien présentes, et sont même plus virulentes.

Les Français·es sont plus tolérant·es, mais... En 2022, un rapport annuel de SOS Homophobie dénonçait une forte hausse des agressions physiques homophobes et transphobes. De son côté, le ministère de l'Intérieur affirmait en avril dernier que les actes racistes, xénophobes et antireligieux avaient eux aussi légèrement augmenté par rapport à 2021. Néanmoins, la société française serait "plus ouverte" qu'il y a 20 ans, si l'on en croit un récent rapport de l'Observatoire des inégalités, relayé par France Inter, mardi 28 novembre.

Entre 2003 et 2023, la proportion de Français·es qui déclarent n'être "pas du tout racistes" a été multipliée par deux, passant de 30 % à 60 %, selon la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). On dénombre par ailleurs trois fois moins de Français·es qui estiment qu'il y a des "races supérieures" : 5 % aujourd'hui contre 14 % il y a 20 ans. L'homophobie recule elle aussi, tandis que 85 % des personnes interrogées estiment que l'homosexualité est "une manière comme une autre de vivre sa sexualité", selon l'Ifop. Elles étaient 67 % il y a 20 ans. Selon les données du ministère des Solidarités, le sexisme est également moins présent chez les Français·es. Ainsi, la part de celleux qui considèrent que "dans l’idéal, les femmes devraient rester à la maison pour élever leurs enfants" a été divisée par deux, passant de 40 % à 20 %.

Néanmoins, si de nombreuses améliorations ont été constatées concernant le racisme, l'homophobie et le sexisme, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Des milliers de personnes marchent contre l'antisémitisme à Londres

Un "viol de courte durée" justifie une peine de prison plus courte, selon la justice suisse
Les femmes sont 42 % à occuper une position sociale moins élevée que leur conjoint, selon une étude
Féminicides : un guide pratique pour les familles des victimes va être distribué en Bretagne
Violences faites aux femmes : Lyon met en place le dispositif Angela dans toute la ville
Agressions sexuelles : une victime parvient à donner l'alerte dans la rue grâce à un geste précis