Une française greffée aux Etats-Unis réclame plus d’un million d’euros à l’assurance maladie

© ROMAIN DOUCELIN / SIPA

Greffée des deux mains en 2016 car elle jugeait ce type d'opération alors impossible en France, une jeune femme poursuit le système français d'assurance maladie pour obtenir le remboursement de sa facture de plus d'un million de dollars.

En première instance en juillet 2021, le tribunal judiciaire de Paris a annulé le refus de prise en charge et condamné l'assurance maladie à payer les deux tiers de la somme. Mais cette dernière a fait appel, et le dossier sera examiné de nouveau jeudi devant la justice à Paris. La plaignante, Laura Nataf, avait été amputée des quatre membres en 2007 à l'âge de 19 ans après un choc septique.

Lire aussi >> Lauren Wasser, la combattante : « Je ne me vois pas comme une fille sans jambes » 

En 2013, elle était inscrite sur la liste des patients en attente de greffe, dans le cadre d'un programme de recherche de l'hôpital Georges-Pompidou à Paris. Mais un an plus tard, aucune donneuse compatible n'avait été trouvée. Les autorités sanitaires ne reconduisent pas l'autorisation du programme et Laura est radiée de la liste, a expliqué à l'AFP son avocate, Valérie Sellam Benisty.

Son chirurgien, Laurent Lantieri, lui propose alors de se faire opérer aux Etats-Unis et médiatise l'affaire, fustigeant une « surcharge administrative et bureaucratique » et déplorant le manque de financement « pour faire ces innovations » en France.

En février 2016, le système français d'assurance maladie envoie un refus de prise en charge. Mais la jeune femme se fait malgré tout opérer en août à l'hôpital Penn Medicine de Philadephie, qui lui adresse l'année suivante une facture de 1,13 million de dollars.

« Le monde médical est unanime sur l'infaisabilité...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles