François Hollande : cet homme face auquel il ne pouvait rien cacher

François Hollande, en fin politicien, a l'habitude de choisir ses mots afin de répondre à chacune de ses interviews. L'ancien chef de l'Etat sait que sa parole est désormais plus rare mais tout autant scrutée. Interrogé par les journalistes de l'émission Clique sur Canal+ à propos de la sortie du film de Michel Denisot, le compagnon de Julie Gayet est allé de sa petite anecdote qui a fait sourire l'ancien président délégué du PSG.

Ce dernier vient de réaliser son premier long-métrage, Toute ressemblance..., dans lequel il dépeint l'univers impitoyable des médias et du star-system. Invité à assister à l'avant-première, François Hollande s'est donc exprimé avant et après la séance. L'ancien locataire de l'Elysée n'a pas tari d'éloges sur celui qui fut le présentateur du Grand Journal sur Canal +. Adepte parfois de traits d'humour et de formules sibyllines susceptibles de déstabiliser son interlocuteur, le papa de Thomas Hollande a confié que Michel Denisot jouissait d'une signature différente des autres journalistes.

⋙ Julie Gayet : ce secret très bien gardé sur son couple avec François Hollande qu'elle avait confié à Géraldine Maillet

"Qu'est ce que ça fait d'être interviewé par Michel Denisot ?", lui demande la journaliste. "Ça fait longtemps que ça ne m'est pas arrivé", répond non sans malice François Hollande. Interrogé sur le style de Michel Denisot, l'ancien chef de l'Etat poursuit : "Il arrivait à faire parler même ceux qui ne voulaient pas dire grand-chose. Parce que son silence était assez incitatif, il mettait en confiance et c'est ce qui faisait la bonne interview". En effet, celui qui est devenu directeur de la rédaction pour Vanity Fair en 2012, a toujours été connu pour ses interviews minimalistes et très policées, à son image de taiseux. Une façon de faire qui ne semble pas déplaire à l'ancien président de la République, qui s'est à nouveau fendu d'un trait d'esprit à la sortie de la projection : "La fiction dépasse toujours la réalité mais parfois la réalité

(...) Cliquez ici pour voir la suite