François Hollande prêt pour 2022 ? "C'est par les propositions que je peux être utile"

·2 min de lecture

Entre 2012 et 2017, François Hollande a été président de la République. Mais son mandat, marqué par la hausse du chômage et de nombreuses attaques terroristes, n'a pas été des plus faciles. Ainsi, en décembre 2016, il renonçait à se présenter pour sa réélection et, en 2017, c'est Emmanuel Macron qui devenait le nouveau locataire de l'Élysée. Mais alors que la campagne politique pour l'élection présidentielle de 2022 se prépare, qu'en est-il des ambitions de François Hollande ? Celui qui vient d'être grand-père pour la deuxième fois pense-t-il à se représenter ? Pourra-t-il incarner à nouveau le rassemblement d'une gauche divisée ? La question se pose et le principal intéressé l'a abordée dans un entretien accordé le dimanche 7 mars 2021 au Parisien/Aujourd'hui en France.

"Pour l’instant, personne n’est officiellement candidat", a lâché l'ancien chef de l'État. "Il y a des intentions mais pas de déclaration". Pour autant, le compagnon de Julie Gayet l'a assuré, il ne mettra pas de bâton dans les roues de la gauche : "Quoi qu’il arrive, je soutiendrai ma famille politique. Ça ne veut pas dire que ce candidat ou cette candidate ne devra pas chercher à rassembler au-delà. Mais dans la vie politique, quand on n’a plus d’identité, on a plus d’électeurs". Mais sera-t-il lui même candidat ? À la question de savoir quelle sera "sa place", François Hollande a répondu : "Je n’en ai pas d’autre que celle que j’ai occupée. C’est par les propositions que je peux être utile". Car pour lui, au-delà de l'élection présidentielle, la France va vivre quelque chose de très grave ces prochains mois. "Quand l’épidémie sera derrière nous, la France affrontera une crise économique et sociale sérieuse", a-t-il prévenu. "L’enjeu de 2022 ce sera à la fois de sortir dans la justice sociale de ces difficultés mais aussi d’ouvrir un autre chemin concernant le mode de croissance et de développement, la transition énergétique et la façon de vivre ensemble". Reste à savoir qui sera le mieux placé pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite