France - Écosse : Matthieu Jalibert a retenu la leçon écossaise mais le plus dur est à venir

Quentin Ramelet
·1 min de lecture

Alors non, pour Matthieu Jalibert, tout n'a pas été parfait. Loin de là même. Mais le demi d'ouverture tricolore, qui avait la lourde de tâche de faire plus ou moins oublier Romain Ntamack, nous a montré ce dimanche contre l'Ecosse pourquoi Fabien Galthié croyait tant en lui. Pourtant, le gamin bordelais revient de loin. Enfin, une chose est sûre, son match complètement raté, en étant poli, contre cette même sélection il y a huit mois à l'occasion du Tournoi des 6 nations est désormais oublié. Et il est temps de passer à autre chose et de s'affirmer comme une véritable solution de repli en cas d'absence de l'indéboulonnable toulousain. Ce dimanche donc, Matthieu Jalibert a rempli une partie de son contrat en prouvant à son sélectionneur et à tous les observateurs qu'il pourrait bien devenir ce choix numéro deux à l'ouverture tricolore.

Un drop et un flop

Déjà parce que le joueur formé au CA Bordeaux-Bègles (2007-2016) a ce petit quelque chose en plus quand la gonfle lui colle aux mains. Et aux pieds surtout. Matthieu Jalibert s'est en effet rapidement distingué par sa patte droite, gênant le travail d'occupation des Ecossais pendant toute la première période. Ses inspirations (8e, 9e...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi