La France a désormais un ambassadeur aux droits LGBT : mais peut-il (vraiment) agir ?

Connaissez-vous Jean-Marc Berthon ? Ce haut fonctionnaire de 56 ans vient d'être nommé ambassadeur aux droits LGBT, mercredi 26 octobre à l'issue du Conseil des ministres.

Après avoir été conseiller d'Emmanuel Macron et directeur de cabinet de Marlène Schiappa, Jean-Marc Berthon va avoir pour mission de "coordonner l'action du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères pour la protection contre les discriminations et la promotion des droits LGBT et de porter la voix de la France", notamment pour défendre "la dépénalisation universelle de l'homosexualité et de la transidentité", avait annoncé dès cet été la Première ministre Elisabeth Borne, détaillant les tâches assignées à ce poste.

Derrière cet effet d'annonce, on est en droit de se demander si la France possède une marge de manoeuvre assez grande pour faire effectivement respecter les droits LGBT à travers le monde.

Une tâche ardue

En effet, quel poids peut avoir la France sur ce sujet-là lors de négociations avec le Qatar, les Emirats arabes unis ou encore l'Arabie saoudite, ses partenaires commerciaux mais également des pays très répressifs envers la communauté LGBT ?

L'Arabie saoudite ne reconnaît pas les droits des personnes LGBT sur son sol et l'homosexualité et le travestissement sont passibles de la peine de mort dans ce pays conservateur. Aux Emirats Arabes Unis, les relations sexuelles en dehors du mariage hétérosexuel traditionnel sont considérées comme un crime et...

Lire la suite


À lire aussi

Forum Génération Egalité : ce sommet féministe mondial peut-il vraiment changer les choses ?
Elisabeth Borne veut nommer un "ambassadeur aux droits LGBT+" pour lutter contre l'homophobie
"Je suis une lesbienne infertile et je n'ai pas le droit d'être traitée en France"