La France est-elle devenue ingouvernable ? Un politologue nous répond

© Cloud-Mine-Amsterdam / iStock

J + 1 des élections législatives et les craintes vont bon train : avec une Assemblée nationale divisée entre trois forces, comment la majorité affaiblie pourra-t-elle gouverner ? Éclairages avec Bruno Cautrès, chercheur à Sciences Po.

« Ingouvernable » sera-t-il épithète de la France sous le nouveau quinquennat Macron ? Au lendemain du résultat des élections législatives, l’opposition s’insurge, les experts s’inquiètent. Comment gouverner alors que le président est privé de majorité absolue et que le Parlement est désormais polarisé en trois pôles : les partisans d’Emmanuel Macron sous la bannière Ensemble !, la coalition de la gauche Nupes et le Rassemblement national ? Pour ELLE, le politologue et chercheur au CEVIPOF Bruno Cautrès apporte des éléments de réponse.

Lire aussi >> Législatives : une majorité présidentielle fragile, coincée entre la Nupes et le RN

ELLE. À quels obstacles le gouvernement sera-t-il confronté face à cette nouvelle Assemblée ?

Bruno Cautrès. Le premier frein va apparaître dans quelques semaines, le 5 juillet, avec la déclaration de politique générale de la Première ministre où Élisabeth Borne va exposer les grandes orientations, réformes et mesures de son programme. Elle ne pourra pas demander un vote de confiance de la part des députés et, évidemment, cela fragilisera son programme d’action.

Le deuxième frein arrivera dès l’été, en août ou en septembre, lorsque le gouvernement présentera les premiers éléments de ce programme. La majorité devrait aborder les sujets les plus susceptibles de faire apparaître un consensus de l’Assemblée nationale, comme le pouvoir d’achat. Or, il y a des points de divergence...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles