En France, des footballeurs pro ont déclaré forfait pour ne pas porter un maillot floqué de couleurs LGBT

Qu'est-ce qui pourrait bien terroriser un footballeur professionnel au point de déclarer forfait plutôt que de jouer un important match de championnat ? Un adversaire jugé trop fort ? La pression de tout un stade de 40 000 personnes ? Non. Un simple petit drapeau arc-en-ciel suffit. Cela s'est passé ce week-end dans le championnat professionnel français alors que se tenait une journée de lutte contre l'homophobie. Plusieurs joueurs se sont fait porter pâle plutôt que de porter un maillot dont le numéro était floqué aux couleurs du drapeau LGBT.

"Homo ou hétéro, on porte tous le même maillot." Alors que la journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie se tient le 17 mai, la Ligue de Football Professionnel (LFP) a organisé ce week-end sa propre action. À cette occasion, un spot a été réalisé et les footballeurs de Ligue 1 et de Ligue 2 ont porté leur maillot habituel dont le numéro était aux couleurs du drapeau arc-en-ciel. Quant aux capitaines de chaque équipe, leur brassard, usuellement aux couleurs du club, était cette fois aux couleurs LGBT+.

Si la majorité des joueurs se sont prêtés au jeu, certains ont préféré déclarer forfait pour ne pas y être associé. C'est le cas d'un joueur de Guingamp, en Ligue 2, comme révélé par Le Télégramme mais également de plusieurs joueurs de Ligue 1. Alors que son club jouait un match capital pour ne pas être relégué, un Nantais a refusé de fouler la pelouse face à Toulouse. Et le club occitan n'était pas en reste puisque, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le ministère de l’Éducation nationale lance une campagne de lutte contre les violences LGBT
Aux Etats-Unis, des projets de loi "tuent" des personnes transgenres, alerte l'ex-élue Zooey Zephyr
Le gouvernement ouvre une enquête sur la maltraitance dans la gym après les témoignages de six anciennes gymnastes
“Reine Cléopâtre”, la nouvelle série-documentaire de Netflix fait polémique
La France est l’un des pays d’Europe qui héberge le plus de sites pédopornographiques, selon l’ONU