France-Nouvelle Zélande: Galthié très surpris par la tension des Bleus, rattrapés par la pression de l'événement

France-Nouvelle Zélande: Galthié très surpris par la tension des Bleus, rattrapés par la pression de l'événement

Le dénouement de la soirée est idéal. Mais Fabien Galthié n’a pas aimé tout ce qu’il a vu sur la pelouse du Stade de France ce vendredi en ouverture de la Coupe du monde 2023. Solides vainqueurs des All Blacks, notamment grâce à une grosse fin de match, les Bleus ont pourtant eu une petite frayeur en tout début de rencontre.

>> Revivez France-Nouvelle Zélande (27-13)

Dès la deuxième minute de jeu, les Néo-Zélandais ont réussi à percer le rideau français pour inscrire le premier essai de ce Mondial. "Il était important de bien débuter, même si ce n'était pas éliminatoire. Pour nous, le travail qu'on a mis en œuvre. Mais on a senti qu'il y avait beaucoup de pression", a estimé le sélectionneur des Bleus sur TF1 après le coup de sifflet final.

"On ne s'attendait pas à cette ambiance, c'était très tendu"

"On a eu du mal à se libérer, a poursuivi Galthié. Ils ont marqué très vite et plutôt facilement, on perd Julien Marchand (sorti sur blessure à la 12e minute)... On commence avec le plus mauvais scénario possible mais on a réussi à reprendre petit à petit le contrôle du jeu. En deuxième période, avec les finisseurs, on a fait basculer le match. On ne s'attendait pas à cette ambiance, c'était très tendu, même dans les tribunes."

Rattrapés par l’enjeu, les vainqueurs du Tournoi des VI Nations 2022 ont donc eu du mal à rentrer dans leur match. Avant de se ressaisir et de se remettre la tête à l’endroit pour finir très fort. "A la mi-temps, on a constaté qu'on s'était fait choper par la pression de l'événement, a ajouté Galthié sur TF1. Les finisseurs ont été très importants, ils nous ont apporté beaucoup d'énergie pour prendre le large car à la sortie, ça fait un score assez lourd."

Après un deuxième match contre l’Uruguay jeudi prochain à 21h, le XV de France aura rendez-vous avec la Namibie (21 septembre à 21h) puis l’Italie (6 octobre à 21h). Avec cette fois-ci un peu moins de pression.

Article original publié sur RMC Sport