Francis Cabrel évoque comme jamais l’adoption de sa fille Thiu

·2 min de lecture

Il avait annoncé prendre sa retraite, mais son amour pour la musique a été plus fort que tout. Francis Cabrel est de retour après cinq ans d'absence. C'est ainsi avec un nouvel album, intitulé À l’aube revenant, que le chanteur compte de nouveau conquérir son public. Et la crise sanitaire ne semble pas arrêter l'interprète de Petite Marie. En effet, le sexagénaire continue, coûte que coûte, la promotion de ce nouvel opus, d'ores et déjà classé en tête des ventes albums France depuis sa sortie, le 16 octobre 2020. Invité dans l'émission 50' inside, Francis Cabrel s'est livré sur l'une des cinq chansons qui ont marqué sa carrière. Parmi elles, le titre Mademoiselle l'aventure, écrit en 2012. "La chanson évoque quelque chose de très intime, l'adoption de notre troisième fille" a-t-il lancé, visiblement ému face à Nikos. En effet, Francis Cabrel et son épouse Mariette sont parents de trois filles, Aurélie, Manon et Thiu. Cette dernière, originaire du Vietnam, a été adoptée par le couple dans le courant de l'année 2008.

Francis Cabrel est un personne pudique. Ce passionné de vignobles l'avoue, il n'y a qu'en musique qu'il arrive à exprimer ses sentiments, mais toujours avec une part de réserve. "La première année je la chante à contre-jour parce que je n'osais pas avoir la lumière sur moi, je ne savais pas si j'allais arriver au bout de la chanson. C'est une chanson importante, l'arrivée de chacun de mes enfants a été quelque chose de très très fort et celle-ci, il y avait ces circonstances particulières" a-t-il lancé. Et l'inspiration pour l'écriture de ce titre lui est venue sans grands efforts "J'ai pas réfléchi la chanson est venue en deux ou trois jours j'étais porté, submergé par l'émotion". La star a également évoqué l'importance d'une mûre reflexion avant de se lancer dans l'adoption "L'adoption est une très grande décision, ça suppose qu'on arrache quelqu'un à sa terre aussi, faut pas se tromper et il faut être sûr de soi quant à la vie qu'on va lui offrir".

À lire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite