Franck Dubosc se confie sur la maladie de Charcot, qui a emporté son père il y a vingt ans

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Dès qu'on parle de lui, c'est terrible". Ce mercredi 22 juin, Franck Dubosc était l'invité de l'émission En Aparté, diffusée sur Canal +. L'occasion pour l'acteur de défendre son prochain film, Rumba la vie (en salle le 24 août), mais aussi de revenir sur sa carrière, et d'évoquer sa relation fusionnelle avec son père, Lucien, décédé en 2002.

Cette même année, l'humoriste rencontre un succès phénoménal, allant jusqu'à remplir l'Olympia. Un lieu très cher aux yeux de son père souffrant de la maladie de Charcot : "Il rêvait que je sois à l'Olympia. Il m'avait fait un petit dessin, tremblant, de moi sur scène", se souvient l'humoriste, ému aux larmes. Et d'ajouter en esquissant un sourire : "Je ne veux pas trop parler de lui. Je sais qu'il était fier, mais moi il ne m'a rien dit. Ce n'est pas grave. Dès qu'on parle de lui, c'est terrible". "Vous savez comment m'avoir

"Papa meurt mardi, es-tu d'accord ?"

L'acteur se souvient avec précision du jour où sa mère lui a annoncé la décision de son père : "Papa meurt mardi, es-tu d'accord ?". "Il fallait que je donne mon accord. C'est difficile comme accord à donner [...] Moi, j'ai dit oui. C'était le mardi parce que le lundi, je ne jouais pas et je pouvais lui dire au revoir. La date était choisie", a confié Franck Dubosc. Depuis, l'acteur est engagé pour la légalisation de l'euthanasie en France. Un combat qu'il mène en mémoire de son père, auquel il a rendu hommage, notamment dans la saga Camping.

...

Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles