"Frankenstein Junior", "Les Lumières de la ville" : les films de la vie de François Morel

·1 min de lecture

Tous les samedis pendant une heure dans CLAP !, le spécialiste cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier, fait le tour de l'actualité du septième art. Chaque semaine, un invité, qu'il soit ou non du monde du cinéma, se soumet à un questionnaire personnel sur les films de sa vie. Samedi, l'humoriste et auteur François Morel, qui vient de sortir deux livres, Le dictionnaire amoureux de l'inutile, et Tous les marins sont des chanteurs, s'est prêté au jeu.

>> Retrouvez toutes les émissions de Mathieu Charrier en replay et en podcast ici 

Votre premier souvenir de cinéma

"La première fois que je suis allée au cinéma, c'était pour voir La cuisine au beurre, avec Fernandel et Bourvil parce que mes parents allaient systématiquement voir les films de Bourvil, l'acteur de proximité.

Votre séance de cinéma la plus dingue

C'était un film de Mel Brooks, Frankenstein Junior, vu dans les années 1970. Je n'ai pas tout compris, mais c'était la première fois que je découvrais Marty Feldman, et je me souviens surtout des éclats de rires des Anglais. Je n'avais jamais vu une salle rire à ce point-là, c'était dingue et formidable.

Le film que vous auriez aimé voir au cinéma

Je dirais La Sortie de l’usine Lumière à Lyon. Ça devait être extraordinaire de voir ces premières images-là, d’être fasciné. La magie du cinéma opérait complètement.

Le film dans lequel vous aimeriez vivre

Peut-être un film de Jacques Tati. Dans Mon Oncle, ou Jour de fête. C'est un monde tellement réinventé, burlesque et c'est ass...


Lire la suite sur Europe1