Fraude : des noix de saint-jacques surgelées gonflées à l’eau

Des avocats pas vraiment bio chez Biocoop, une fraude sur le miel ou une arnaque à la remballe : les scandales ne cessent de se succéder dans la grande distribution ! Dernier en date ? Une fraude sur les Saint-Jacques surgelées, est révélée par 60 Millions de Consommateurs. Après avoir analysé 24 références, le constat est sans équivoque : dans ses pages de décembre 2019, le magazine pointe un dysfonctionnement quand au rapport eau/protéines dans trois produits issus du commerce. Si, normalement, le seuil autorisé est inférieur à 5%, il est, ici, largement dépassé. L’une des référence "à raison de 23% minimum d’eau ajoutée, bat le record de l’essai", exlique Magali Reinert et Xavier Lefebvre (journaliste et ingénieur à l’origine de l’étude). Interdite en France, cette façon de gonfler les Saint-Jacques à l’eau, n’est pas une nouveauté et serait même autorisée à l’étranger : « Les services des Fraudes épinglent régulièrement des noix de Saint-Jacques importées et "trempées" ». 60 Millions de Consommateurs nuance tout de même ses propos : "si la mention "Préparation à base de…" figure sur l’emballage, accompagnée du pourcentage d’eau ajoutée : on a affaire alors à un autre produit légal ".

Comment bien choisir et préparer les noix de Saint-Jacques ?

Les Saint-Jacques sont de véritables stars sur le menu de Noël ! Si leur cuisson n’est jamais très simple, pour éviter de se faire avoir, il est donc primordial de bien lire les étiquettes. Sur un produit surgelé, mieux vaut éviter la notion "préparation à base de…" et vérifier que le pourcentage d’eau ne dépasse pas les 5% autorisés. Avant de les cuisiner, pensez également à bien les décongeler. Pour limiter les pesticides et s’assurer de la qualité du produit, regardez bien l’origine des noix de Saint-Jacques. Figurant parmi les trois marques fraudant, deux font venir leurs Saint-Jacques du Pérou, ainsi, préférez la pêche européenne à celle d’Amérique du Sud. Enfin, si vous vous dirigez vers un produit surgelé, sachez que

(...) Cliquez ici pour voir la suite