"Friends" : Allee Willis, la compositrice du générique, est morte à 72 ans

“So no one told you life was gonna be this way”. Il y a vingt-cinq ans, le public découvrait la série Friends et son générique devenu culte I'll Be There for You, joué par The Rembrandts. Un titre que l’on doit à Allee Willis. Ce mardi 24 décembre, la compositrice américaine s’est éteinte à l’âge de 72 ans. Selon son agente, l’artiste serait morte des suites d’un arrêt cardiaque. Une triste nouvelle confirmée par sa compagne Prudence Fenton à la presse nationale. Sur son compte Instagram, celle qui partageait sa vie lui rend hommage avec une photo d’elle sobrement légendée “Rest In Boogie Wonderland”, en référence au morceau du groupe Earth, Wind & Fire qu’elle avait co-écrit à la fin des années 1970. Allee Willis a connu un autre gros succès avec le morceau September (1978) du groupe de funk. Un titre qui a marqué sa carrière. “Quand je disais aux gens que c’était moi qui avait écrit cette chanson, il me disait : Oh mon Dieu ! Et ils me racontaient comment cette chanson les rendait heureux à chaque fois qu’ils l’écoutaient", avait-elle raconté à The Guardian.

⋙ Coup de tonnerre ! Friends quitte Netflix début 2020 : découvrez où vous pourrez la retrouver

Une vie faite de titres cultes

En plus d’avoir écrit le générique de la série culte des années 90, elle est également derrière celui du film Le Flic de Beverly Hills qui lui a valu un Grammy Award (récompense de l’industrie musicale américaine) en 1986. Trois plus tôt, elle prête sa plume au groupe Pointers Sisters avec la musique Neutron dance et à Patti Labelle, pour Stir it up.

Consciente d’avoir écrit des hits qui ont marqué l’histoire du petit écran, du cinéma, mais aussi de la musique, elle confiait dans une interview accordée au New York Times en 2018 : "Quelques-unes de mes chansons resteront à jamais et j'en suis très heureuse". La même année, elle était intronisée en 2018 au Hall of Fame des compositeurs. Pour l’heure, les acteurs phare de la série Friends n’ont pas encore commenté la mort d’Allee Willis.

A lire

(...) Cliquez ici pour voir la suite