Fruits : ils contiennent de plus en plus de pesticides

Une étude de l’ONG PAN Europe publiée ce mardi souligne l’augmentation des résidus de pesticides chimiques sur les fruits cultivés dans l'Union européenne au cours des dernières années.

Les résidus de pesticides chimiques sur les fruits cultivés dans l'Union européenne ont augmenté entre 2011 et 2019, alors que les États membres auraient dû en limiter l'utilisation au profit de produits de substitution.

C’est ce que met en lumière une étude de l'ONG PAN Europe publiée mardi 24 mai. Basée sur l'analyse de quelque 97 000 échantillons de fruits frais (pêches, fraises, cerises, pommes, etc.), elle affirme que près d'un échantillon sur trois (29 %) était contaminé par des traces de pesticides chimiques contre 18 % en 2011.

Lire aussi >> Pesticides, poils de rongeurs, insectes : les pires thés et tisanes selon 60 millions de consommateurs

Une défaillance de Bruxelles à faire respecter la réglementation

Pourtant, depuis 2011, les États membres sont censés encourager les produits de substitution pour limiter autant que possible le recours à ces pesticides de synthèse - herbicides, fongicides, insecticides - considérés comme les plus à risque et dont l'autorisation est plus strictement réglementée dans l'UE. Au niveau national, cette autorisation doit notamment faire l'objet d'une évaluation comparative avec les produits de substitution, rappelle l’ONG.

Les résultats de l'étude jettent une ombre sur l'ambition de Bruxelles, arrêtée en 2020, de réduire de moitié d'ici à 2030 le recours à ces pesticides les plus dangereux. « S'il n'y a pas de mesures fortes, on ne voit pas comment cet objectif pourrait être respecté,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles