Fruits exotiques : comment les choisir et où les acheter ?

© Getty Images/iStockphoto

Papaye, pitaya, mangue ou goyave sont les stars des tables festives et des recettes tendance. Majoritairement importés, ces fruits représentent 6 % du marché (dont 4 % en bio), et les Français s’en délectent hiver comme été, à raison de 7,5 kg (hors bananes) par an et par habitant*, sans se soucier de leur qualité ou de leur impact environnemental. Ce qu’offrent les productions en Espagne, Italie et France : culture bio ou raisonnée, faible empreinte carbone et goût meilleur, ceux-là ont tout pour plaire !

*Source : Interfel (filière des fruits et légumes).

"Les évolutions variétales comme les nouvelles logistiques les rendent plus sucrés, plus goûteux et surtout mûrs à point au moment de les déguster" explique Véronique Le Bail, directrice du CSIF*. À cela s’ajoute l’effet marketing qui leur a alloué des super-pouvoirs et les a placés en têtes de gondoles. "Il n’existe aucun superaliment !", alerte la diététicienne-nutritionniste Marie Gabrielle Domizi. "Tous les fruits sont pourvoyeurs de fibres, d’antioxydants, de vitamines et de minéraux. Ils s’équilibrent dans la variété", insiste-t-elle.

*Chambre syndicale des importateurs français des fruits et légumes frais.

Bon à savoir. "Frais ou surgelés, ils ne sont pas différents sur le plan nutritionnel", insiste la diététicienne. "Congelés le jour de leur cueillette, ils sont une bonne alternative, surtout cuisinés dans un plat ou un dessert."

Depuis 60 ans, l’agriculture intensive a pollué les sols et les nappes phréatiques, mis (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite