Fumier au jardin : les bons gestes pour éviter les contaminations

La Rédaction Mon Jardin Ma Maison
·2 min de lecture

Les différentes couches - dessus et dessous - permettent au fumier frais de fermenter. La chaleur qu’il crée dans l’intérieur de ce tas tue les bactéries et les parasites évitant ainsi les risques de contamination sur vos plantes, vos fruits et légumes.

Comment utiliser correctement le fumier au jardin ?

Qu’il provienne des chevaux, des volailles, des bœufs ou des moutons, le fumier est un engrais naturel efficace au jardin comme au potager. Il fournit au sol de l’azote, du phosphore, du potassium, des minéraux ainsi que des oligoéléments. Cet engrais naturel favorise la rétention d’eau et donne un sol plus fertile. Néanmoins, son utilisation demande quelques précautions. La meilleure technique est le compostage. Réservez le fumier frais en amas pendant 18 mois ou plus. Pour ce faire, disposez-le sur des branchages pour le débarrasser de son jus. Couvrez-le ensuite de paille. Cette protection empêchera le lessivage du compost par l’eau de pluie. Si l’engrais paraît trop sec, arrosez-le avant de commencer le compostage.

Lors de ce processus, la forte chaleur à l’intérieur du compost détruit les parasites, les bactéries ainsi que les virus présents dans l’engrais. Il s’agit d’une opération nécessaire pour un apport destiné à un potager bio, et notamment pour les légumes, les salades et les fruits qui se développent au sol tel que les fraises.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Faute de temps, vous ne pouvez pas composter votre fumier ? Optez pour du fumier déjà composté vendu dans le commerce. Ces produits ont déjà passé des contrôles aussi bien au niveau microbiologique que sur leur composition en résidus de médicaments. En effet, les animaux peuvent avoir absorbé des produits tels que des antibiotiques et des vermifuges. Ainsi, si vous avez récupéré le fumier chez votre voisin éleveur, informez-vous sur ses pratiques vétérinaires. Dans tous les cas, que les fruits et les légumes proviennent d’une culture utilisant ou non de l’engrais d’origine animale, il est nécessaire de les laver avant de les consommer.

Quelles sont les erreurs à ne pas faire ?

Pour écarter les risques de contaminations, évitez les erreurs suivantes :

  • N’enfouissez jamais le fumier frais si la culture est déjà installée.

  • Le fumier frais ne doit pas être ajouté directement au terreau du potager non seulement parce qu’il peut nuire à la santé du consommateur, mais également parce que pendant la fermentation, il dégage des substances toxiques défavorables aux racines des plantes.

  • L’utilisation du fumier est déconseillée pour l’ail, l’oignon, l’échalote et la carotte. Par ailleurs, les courges, les courgettes, les concombres, les melons et les tomates apprécient ce type d’engrais.

À LIRE ÉGALEMENT :