Gérald Darmanin accusé de viol : cette question de Thomas Sotto qui l'a agacé - VIDEO

·2 min de lecture

Jeudi 11 février 2021 le ministre de l’Intérieur était invité dans l’émission Vous avez la parole sur France 2. Avant de commencer le débat face à Marine Le Pen (qui a déconcerté les téléspectateurs) , les journalistes Léa Salamé et Thomas Sotto ont tenu à poser quelques questions à l’homme politique de 38 ans et revenir notamment sur les accusations de viol dont il fait l’objet de la part de Sophie Patterson-Spatz pour des faits qui remonteraient à mars 2009. Gérald Darmanin affirme n’avoir "jamais abusé de la faiblesse ou de l’intégrité de quiconque" comme l’a rapporté son avocat au Parisien en février 2018 et continue à clamer son innocence dans les médias, depuis que Le Monde a révélé l’affaire en 2018. "En tant que ministre de l’Intérieur, vous êtes le ministre en charge des violences faites aux femmes. Est-ce que ça ne vous interroge pas d’être vous-même accusé de viol ?", a tout de même tenu à lui demander Thomas Sotto. Une question qui a mis Gérald Darmanin hors de lui : "Vous imaginez, comme le disait le président Sarkozy, l’indignité de votre question ?"

Gérald Darmanin, qui travaille main dans la main avec Marlène Schiappa, en charge de la citoyenneté, estime avoir mis en place de nombreuses mesures pour servir la cause des femmes : "Je suis, avec Marlène Schiappa, à la tête d’un ministère qui est de protection. Parmi les protections, il y a les violences conjugales, intra-familiales… Sous notre autorité, après Gérard Collomb, après Christophe Castaner, nous mettons en place ce qu’a proposé le président de la République : 65 000 policiers et gendarmes formés contre les violences conjugales", a-t-il rappelé avant de citer des chiffres : "La libération de la parole, c’est plus de 50% de signalements et de plaintes".

Pour finir sa tirade, Gérald Darmanin s’est adressé directement à Thomas Sotto : "Je n’ai aucune leçon à recevoir et par ailleurs, je vous souhaite de ne jamais être calomnié. Ni pour vous, ni pour votre famille, ni pour votre honneur".

Crispé par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite