Gérald Darmanin : son lien embarrassant avec Olivier Duhamel dénoncé par Sandrine Rousseau

·2 min de lecture

C’est une décision que beaucoup attendaient, et qui a très vite fait réagir dans la presse et sur les réseaux sociaux. Mardi 9 février 2021, un mois après les accusations d’inceste portées contre Olivier Duhamel, le directeur de Sciences Po Paris a annoncé sa démission. Après avoir avoué être au courant des agissements présumés du professeur de droit constitutionnel depuis près de deux ans, et alors que sa prestigieuse école est elle aussi soupçonnée d’avoir couvert des viols, Frédéric Mion a finalement cédé à la pression. Quelques jours plus tôt, une centaine d’étudiants avaient d’ailleurs manifesté devant les locaux de l’université pour exiger le départ de leur directeur.

Le lendemain, mercredi 10 février, Sandrine Rousseau était invitée sur le plateau de C à vous pour réagir à cette démission. Figure de la lutte contre les violences sexuelles, la vice-présidente de l’Université de Lille – par ailleurs candidate aux primaires d’Europe Ecologie Les Verts en vue de la présidentielle 2022 – est notamment revenue sur l’affaire qui l’a opposée à Denis Baupin. En 2017, Sandrine Rousseau a dénoncé les agressions qu’elle avait subies de la part de l’homme politique, qui l’avait alors attaquée en diffamation. S’il a finalement été condamné pour procédure abusive, cette histoire a continué de porter préjudice à son accusatrice.

“J’ai postulé à plusieurs postes après, et des personnes qui sont aujourd’hui accusées de violences sexuelles m’ont barré la route. C’est le cas d’Olivier Duhamel et de Gérald Darmanin par exemple”, explique ainsi Sandrine Rousseau. La présentatrice Anne-Elisabeth Lemoine l’interroge ensuite sur le lien qui existait entre le politologue et le ministre de l’Intérieur. En 2019, Sandrine Rousseau était candidate à la présidence de Sciences Po Lille. Mais bien qu’elle ait remporté le vote des étudiants, le conseil d’administration avait invalidé son élection. Au sein de celui-ci siégeaient alors Olivier Duhamel, en tant que président de la fondation nationale (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite