Comment gérer une rupture amoureuse après 50 ans ?

« Le problème du chagrin d’amour, c’est que dès qu’on généralise, on dit des bêtises », met en garde Patricia Delahaie, coach de vie. « Pourtant, tout dépend de ce qu’on avait mis dans la relation. » Certaines séparations semblent plus douces que d’autres, peut-être parce que l’amour s’était mué en amitié, en complicité et en confiance partagée, en tendresse. Les chemins avaient bifurqué et on partageait encore le matériel mais plus grand-chose d’autre. Il reste bien sûr à se reconstruire seule, mais la douleur si vive du chagrin d’amour n’est pas forcément présente.

Mais ce n’est pas parce qu’on a partagé une longue relation que l’amour disparaît. Avec la rupture, « il y a une blessure, un traumatisme », souligne Patricia Delahaie. « L’idéal serait de se cantonner à cette blessure, de ne pas ajouter du malheur au malheur. » C’est-à-dire de ne pas penser de soi des choses qui nous font du mal ("Je suis incapable de garder un homme, je suis nulle…"). « Et quand la rupture arrive tard, on risque d’ajouter du pessimisme et de s’estimer "trop vieille, trop moche" pour retrouver quelqu’un », regrette la coach. « Mais une rupture, c’est déjà suffisamment triste en soi sans y ajouter de la dévalorisation ! »

L’objectif, c’est donc de se faire du bien, de s’encourager : félicitez-vous pour ce que vous arrivez à réaliser malgré votre moral à zéro. Même si ce sont des "petites choses" que vous avez toujours faites : gérer le quotidien quand on se retrouve seule, c’est déjà une épreuve en (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles