Gêne, dégout, embarras : les clichés suivent les femmes jusqu’aux WC

Anaïs Guillon
·2 min de lecture

Selon un sondage réalisé par l’Ifop, la honte d’aller aux toilettes sans un certain niveau d’intimité concerne davantage les femmes que les hommes. Une anxiété qui n’est pas sans incidence sur notre santé.  

Fermer toutes les portes possibles, augmenter le son de la télé, mettre du papier au fond de la cuvette ou encore tirer la chasse avant de commencer... Des astuces qui parlent à chacun d’entre nous au moment d’aller aux toilettes en dehors de chez soi, ou lorsque qu’un autre individu traîne dans les parages. À tous ? Plus particulièrement à la gent féminine si l’on en croit le dernier sondage réalisé par l’Ifop pour l’association Diogène France* publié mercredi. Selon l’enquête réalisée auprès de 1010 Français, âgés de 18 ans et plus, 56% de femmes reconnaissent être gênées à l’idée d’aller à la selle dans un lieu public, contre 42% des hommes. Une problématique de genre qui est aussi un enjeu de santé publique.  

2/3 des femmes se retiennent d’aller aux toilettes 

D’après l’enquête ce trouble concernerait davantage les jeunes femmes de moins de 30 ans. Elles seraient 75% à se dire gênées à l’idée de faire leurs besoins sur leur lieu de travail ou chez des amis, contre 41% des plus de 60 ans. Selon l’Ifop cette différence pourrait résulter de l’éducation et des normes inculquées aux filles dès le plus jeune âge, tels que la propreté et la pureté. Cela pourrait aussi s’expliquer par le fait que les jeunes femmes sont incitées à être plus attentives à l’image qu’elles peuvent renvoyer d’elles. Conséquence ? Si le bruit et l’odeur sont les principales raisons du « poop shaming » pour les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi