Gabriel Attal « en liquéfaction » avec son premier point presse

·1 min de lecture

Cinq mois après sa nomination, Gabriel Attal a gagné en assurance. Cet été, celui qui faisait office du plus jeune secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse au sein de la Ve République était nommé porte-parole du gouvernement en lieu et place de Sibeth Ndiaye.

Une proposition acceptée bien volontiers par celui qui n’en menait pourtant pas large lors de son premier point presse. L’Opinion révèle à ce sujet que son premier point presse, à l’issue d’un Conseil des ministres avait été très difficile à appréhender pour lui. " J’étais en liquéfaction, je le vis beaucoup mieux aujourd’hui", reconnaît l’homme de 31 ans qui a très vite gagné en aisance.

Le compagnon de Stéphane Séjourné a pu compter sur le soutien de Sibeth Ndiaye, qui l’a précédé, pour lui dévoiler les rouages. Nos confrères de l’OBS révélaient en effet il y a quelques mois qu’il s’était entretenu avec Benjamin Griveaux et Sibeth Ndiaye "pour appréhender son job et déjouer les pièges" comme l'écrit l'hebdomadaire, il lui restait à s’entretenir avec Jean-François Copé, Valérie Pécresse, Luc Châtel, Stéphane Le Foll et Christophe Castaner. "J'étais tétanisé !", disait-il déjà au sujet de ce premier point presse redouté.

Lire la suite sur le site de GALA

Nicolas Sarkozy : son tacle à peine voilé à Emmanuel Macron
Flashback - Miss France : Sonia Rolland couverte de lettres d'insultes après son sacre
Donald et Melania Trump : ils préparent leur nouvelle vie en Floride
« Ils le tueront avant » : Nicolas Sarkozy cinglant avec Manuel Valls
Christian Estrosi : son recrutement d'un proche de Nicolas Sarkozy interroge