Gabriel Attal bousculé par EnjoyPhoenix dans sa nouvelle émission "Sans filtre"

·2 min de lecture

Le gouvernement souhaite toucher les plus jeunes. Après avoir lancé un défi aux youtubeurs Mcfly et Carlito, qui avaient pour mission de produire une vidéo pour rappeler aux Français les gestes barrières, l'Élysée continue à innover pour mieux communiquer avec la nouvelle génération. Pour ce faire, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a quant à lui imaginé une autre initiative : une émission intitulée #Sansfiltre et diffusée en direct sur les plateformes Twitch et sur YouTube. Une fois par mois, le mercredi, l'homme politique de 31 ans débriefera le conseil des ministres et répondra aux questions plusieurs influenceurs. La première émission a eu lieu mercredi 24 février 2021 depuis l'Élysée et Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, était de la partie.

Durant cet entretien, l'influenceuse de 26 ans s'est montrée très critique et n'a pas hésité à poser des questions difficiles, bien décidée à aider les jeunes. Ceux-ci se trouvent en effet dans une situation difficile depuis le début de la crise du coronavirus. "Quelle entreprise a aujourd'hui les moyens d'embaucher un jeune ?" "Un jeune qui veut aller en alternance, comment il fait ?" , "Où sont passés les 7 milliards attribués aux étudiants en difficulté ?", a-t-elle demandé, entre autres, à Gabriel Attal. Très impliquée, et visiblement bien préparée, Marie Lopez a également évoqué avec le membre du gouvernement la "détresse psychologique" des étudiants isolés. Le chèque psy étudiant mis en place lundi 1er février 2021 n'est, pour elle, pas une solution au problème, car trop difficile d'accès.

L'influenceuse aux plus de 3 millions d'abonnés sur YouTube a également profité de sa présence sur le plateau pour réclamer "plus de transparence". À la fin de cet entretien musclé, la jeune entrepreneuse a remercié Gabriel Attal d'avoir pris le temps d'échanger avec elle. Mais avant de repartir, EnjoyPhoenix a toutefois tenu à souligner un point qui lui paraissait important : “Ce serait bien que la prochaine fois il y ait un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite