Gabriel Matzneff : l’écrivain détaillait ses actes pédophiles sur un site web, en partageant des photos de ses jeunes “amantes”

Gabriel Matzneff ne cesse de faire parler de lui. Alors que cette affaire a fait ressurgir d’autres accusations de pédophilie, notamment à l’encontre de l’ex-ministre Frédéric Mitterrand, les activités répréhensibles de l’écrivain se dévoilent chaque jour un peu plus au grand jour. Dernièrement, c’est le Journal du dimanche qui a fait de nouvelles révélations. L’hebdomadaire a en effet découvert un site internet sur lequel figuraient de nombreux détails sur les liaisons pédophiles de Gabriel Matzneff. Cependant, lundi 30 décembre 2019, le blog a disparu des moteurs de recherches. Cette fermeture s’est curieusement produite trois jours avant la parution, le 2 janvier 2020, du livre accusateur de Vanessa Springora. Dans Le consentement (ed. Grasset), l’éditrice et écrivaine décrit la relation sous emprise qu’elle a eue avec l’auteur durant les années 80, alors qu’elle avait à peine 14 ans.

⋙ Gabriel Matzneff : pourquoi l'écrivain n'a-t-il jamais été inquiété malgré les accusations de pédophilie ?

Bien que le site ait été supprimé, le JDD précise que les pages web sont encore accessibles dans les archives internet. Le journal a pu mettre la main sur certaines d’entre-elles, qui montrent de nombreuses photographies de Gabriel Matzneff en compagnie de jeunes filles qu’il a séduites à l’époque, dont une vêtue uniquement d’un maillot de bain. En plus de ces dizaines de clichés, le blog dévoile une chronologie largement détaillée des “conquêtes” de l’écrivain, visé par une enquête pour “viols sur mineurs” de moins de 15 ans. Jusqu’au début des années 2000, les jeunes femmes sont répertoriées et désignées par leur âge, leur prénom et l’initiale de leur nom de famille, rapporte nos confrères du JDD. En 1977, six de ces adolescentes sont dépeintes comme ses “amantes” du moment. Finalement, c’est une vingtaine de jeunes filles qui figuraient sur le site avant sa fermeture. Vanessa Springora, qui avait visiblement connaissance de l’existence de ce blog, explique par ailleurs dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite