Gad Elmaleh abandonne : l’humoriste révèle pourquoi il n’a pas demandé la nationalité française

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Né à Casablanca, au Maroc, Gad Elmaleh s’est installé à Montréal, au Québec en 1988, à l’âge de 17 ans. Quatre ans plus tard, c’est en 1992 que l’humoriste a emménagé à Paris, afin de suivre une formation artistique au cours Florent, en classe libre. Si celui qui a livré un courageux témoignage sur l’alcool clame son amour de la France sur scène, il n’a pourtant pas demandé la nationalité française. Dimanche 29 mai 2022, dans les colonnes du Journal du Dimanche, il a confié : "C’est vrai, j’ai mon passeport canadien, marocain, mais pas français. Quand je suis arrivé en France, j’avais fait la queue pendant des heures devant la Préfecture pour obtenir ma carte de séjour et avoir le droit de travailler." Quelques années plus tard, Gad Elmaleh - dont la mère "regrette" certaines de ses ex - a alors fait les démarches nécessaires pour obtenir la nationalité française. "Mais c’était vraiment trop compliqué, long et fastidieux, je me suis un peu découragé. Depuis, je n’ai pas renouvelé", a-t-il dévoilé.

Au cours de cet entretien, celui qui est inscrit sur une appli de rencontre très particulière a ajouté : "Mais j’aime la France, je lui dois beaucoup. J’y habite et y paye mes impôts. Ma seule frustration est de ne pouvoir voter." Mercredi 23 février 2022, dans l’émission La Face Katché sur Yahoo, Gad Elmaleh avait révélé avoir peur au quotidien. "Je dois demander un titre de séjour. Donc si je n'ai pas ce titre de séjour, je ne peux pas rester en France. Je prends le métro et souvent, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles