La garde alternée favoriserait l'emploi et l'autonomie financière des femmes selon l'Ined

Ketut Subiyanto

Au moment d'un divorce ou d'une séparation, les femmes perdent en moyenne 20 % de leur niveau de vie malgré la pension alimentaire, estime la journaliste Lucile Quillet, autrice de l'ouvrage Le prix à payer : ce que le couple coûte aux femmes (2021, Les Liens qui Libèrent). Et c'est encore pire lorsqu'elles ont des enfants : le taux de chômage des mères isolées est deux fois plus élevé (17 %) que celles en couple (8 %) selon les derniers chiffres de l'OFCE.

Un modèle est toutefois de plus en plus répandu en cas de divorce ou de rupture parentale : la garde alternée. Parmi les quatre millions d'enfants dont les parents sont séparés, un sur dix est en garde alternée. Or, un rapport de l'Institut national d'études démographiques (Ined) publié le 20 octobre dernier et repéré par Postivr pointe le bénéfice de ce modèle sur le niveau de vie des mères. Pour aboutir à ce constat, les chercheur·euses Carole Bonnet, Anne Solaz et Bertrand Garbinti ont examiné les données fiscales de plus de 60 000 mères divorcées ou "dépacsées".

Ainsi, une politique encourageant la garde alternée en cas de divorce peut “avoir des effets sur l’autonomie financière des femmes”, les mères séparées ayant plus de chances de travailler si elles ont la garde alternée de leurs enfants : leur taux d’emploi est supérieur de 20 points à celui des mères qui en ont la garde principale, pointent les auteurices du rapport. Des chiffres qui varient avec la situation antérieure à la séparation ; ainsi, les mères inactives (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les parents surveillent moins la croissance des filles, et c'est encore la faute des stéréotypes de genre
Grandir dans une fratrie permettrait d’être moins exposé‧e à des jeux genrés, selon une étude
Ces 6 phrases concernant l’argent et le travail qu’il faut à tout prix arrêter de dire aux enfants
Près d'une Française sur trois en âge d'avoir des enfants n'en veut pas, selon une étude
Près de 80 % des mères se lèvent plus souvent que leur compagnon lorsque leur bébé pleure la nuit