Gastro-entérite : pourquoi la diarrhée est aussi utile à notre santé

La Nouvelle Aquitaine, l’Occitanie et le Grand Est. Ce sont les régions les plus touchées par l’épidémie de gastro-entérite, qui fait des ravages et continue à gagner du terrain en France, depuis maintenant plusieurs semaines. La gastro-entérite est une infection du tube digestif. Dans la majorité des cas, elle peut être d’origine virale, causée par des virus tels que le rotavirus ou l’adénovirus. Dans cette situation, on parle alors de grippe intestinale et non de gastro-entérite.

Cette inflammation de la muqueuse du tube digestif peut également être provoquée par un parasite ou une bactérie, principalement celle de l’Escherichia coli. Les principaux symptômes de la gastro-entérite : des nausées, des vomissements, des maux de ventre et bien évidemment la diarrhée. Caractérisé par des selles molles ou liquides, ce symptôme fréquent est celui que l’on redoute le plus. Pourtant, avoir la diarrhée serait utile pour notre santé, selon une étude publiée en juin 2017, dans la revue scientifique Cell Host and Microbe.

La diarrhée élimine les agents pathogènes

"À quoi sert la diarrhée ? A-t-elle un but ?", c’est la question à laquelle des chercheurs ont voulu répondre. La raison ? "L'hypothèse selon laquelle la diarrhée élimine les pathogènes intestinaux est débattue depuis des siècles", a déclaré Jerrold Turner, auteur principal de l’étude. Les chercheurs ont étudié le mécanisme immunitaire qui alimente la diarrhée. "Nous avons cherché à définir le rôle de la diarrhée et à voir si sa prévention pourrait retarder l'élimination des agents pathogènes et prolonger la maladie", a expliqué Jerrold Turner. Ils ont conclu que ce symptôme joue un rôle essentiel dans l’élimination des virus, des bactéries ou des parasites à l’origine de l'infection du tube digestif.

Le rôle important de l’interkeuline-22

Pour tirer cette conclusion, les scientifiques ont fait des tests sur des souris infectées par le Citrobacter rodentium, l’équivalent chez ce rongeur d’un virus à l’Escherichia coli. Ils

(...) Cliquez ici pour voir la suite