Gastroparésie ou syndrome de l’intestin paresseux : les meilleurs traitements

·2 min de lecture

La gastroparésie, ou syndrome de l’intestin paresseux, est un trouble qui touche le système digestif. "Il s’agit de symptômes déclenchés par un ralentissement de la vidange de l’estomac", précise le Professeur Guillaume Gourcerol. "En effet, après chaque repas, les aliments sont stockés une à deux heures pour un repas normal dans l’estomac, puis évacués dans l’intestin grêle". Si ce phénomène de "vidange" ralenti, l’estomac peut se retrouver sous tension : "il déclenche alors des symptômes, surtout après les repas".

Les symptômes plus fréquents sont :

Si ces symptômes sont sévères, ils peuvent parfois s’associer à une "réduction de la prise alimentaire" et donc entraîner une perte de poids. Le spécialiste précise que ces symptômes ne sont pas spécifiques à la gastroparésie et peuvent traduire d’autres maladies. "C’est pourquoi il est souvent conseillé de réaliser une endoscopie digestive haute et de confirmer la gastroparésie en réalisant un test mesurant la vidange gastrique pour établir un diagnostic.

Pour diagnostiquer une gastroparésie, le médecin doit prendre la mesure de la vidange gastrique chez le patient, c'est-à-dire regarder comment elle se déroule. Comment ? "En réalisant une endoscopie digestive haute normale, un test est réalisé la plupart du temps par une Scintigraphie (nrld : une méthode d'imagerie médicale.)", précise le professeur.

Comment se déroule ce test ? "Le malade avale un repas test marqué par un traceur radioactif (le technétium), puis des clichés de l’estomac sont pris régulièrement pendant quatre heures pour mesurer la fraction du repas marqué qui a été vidangé dans l’intestin grêle". Dans certains centres, une autre technique est adoptée. "Il s’agit d’un test respiratoire avec de l’acide octanoïque marqué au carbone 13". En somme, le malade ingère toujours un repas test, "mais le traceur n’est pas radioactif et se recueille dans l’air expiré en soufflant dans des ballons à intervalle régulier pendant au moins quatre heures".

Une gastroparésie (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite