Gel hydroalcoolique : la DGCCRF alerte sur un produit inefficace

Pour lutter contre les virus, et particulièrement contre le coronavirus, les autorités de santé sont claires : il est impératif de se désinfecter les mains plusieurs fois par jour, avec du savon et de l’eau, ou avec un gel hydroalcoolique quand on ne peut avoir accès à un robinet.

Mais pour y parvenir, encore faut-il que le produit soit efficace. Pour cela l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a édicté des règles claires. Le gel doit impérativement préciser la norme NF EN 14476, qui assure de son utilité contre les virus, et contenir entre 60 et 70% de d’alcool éthylique, d’alcool propylique ou d’alcool hydropropylique.

Gel hydrolalcoolique : une quantité d'éthanol insuffisante

Attention : un gel hydroalcoolique actuellement vendu dans le commerce ne respecte pas ces conditions et s’avère donc dangereux, selon la Direction Générale de la répression des fraudes (DGCCRF). La teneur en éthanol contenu dans les flacons "Hand Sanitizer", de la marque Symex, est insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne. La DGCCRF rappelle donc tous les lots de ce produit et demande à ceux qui l'ont acheté de ne plus l’utiliser, mais aussi de le rapporter au magasin. Il peut s’agir de flacons d’une contenance de 30, 60 ou 100 millilitres, de différents coloris et parfums.

🔴#RappelProduit #COVID__19 N'utilisez plus ce gel!👉https://t.co/AA4ophT4RH pic.twitter.com/asjdueh9oM

— DGCCRF (@dgccrf) May 18, 2020

France Télévision, qui aurait acheté ce produit pour équiper ses salariés, selon Le Figaro, aurait ensuite eu des doutes sur son efficacité. Des analyses menées en laboratoire ont permis de découvrir que les solutions hydroalcooliques Symex ne contenaient que 2 7% d'éthanol au lieu des 60 à 70 % nécessaires selon l’ANSM.

Ce n’est pas la première marque de gel hydroalcoolique à être pointée du doigt : la DGCCRF avait déjà rappelé les produits de la marque Vecteur Energy, dont la teneur en éthanol était

(...) Cliquez ici pour voir la suite