Gel hydroalcoolique : pourquoi il faut l’utiliser avec modération

·2 min de lecture

Depuis plusieurs mois, le masque de protection est devenu un allié contre la Covid-19. Mais il ne s’agit pas du seul équipement permettant de faire barrage au virus : la solution hydroalcoolique est aussi un dispositif indispensable. Elle doit être utilisée en dépannage lorsque l’on ne dispose ni d’eau, ni de savon, comme dans les transports communs, par exemple. Bien que ce produit nous permette de nous laver les mains en toutes circonstances, son usage excessif n’est pas sans risque pour la santé.

Un gel hydroalcoolique de bonne qualité utilisé sur une peau saine n’est pas dangereux. Cependant, s’il est utilisé à forte dose, le pourcentage élevé d'alcool présent dans le produit pourrait être à l’origine d’un dessèchement des mains et d'irritations. Selon des médecins britanniques et français, son utilisation à outrance et de façon continue pourrait également fragiliser et affaiblir l’épiderme, qui constitue une barrière, notamment contre les virus.

"Ils sont faits à base d’éthanol, un solvant. S’ils nettoient bien, par contre, ces gels vont supprimer la première barrière immunitaire naturelle. Plus on les utilise, plus on rend perméable et sensible notre épiderme à ce genre de virus. Il y a une hystérie autour du coronavirus, mais celle-ci provoque une précaution nécessaire. On risque toutefois de créer d’autres pathologies demain à cause d’un problème ponctuel", avait expliqué à l’Est Républicain, le 5 mars dernier, Stéphane Auberger, docteur en chimie organique de l’Université de Nancy.

Le Dr Andrew Kemp, président du conseil scientifique de l'Institut britannique des sciences du nettoyage, a également expliqué qu'une utilisation excessive du gel hydroalcoolique pourrait permettre à d’autres bactéries d'apprendre à résister à ce produit. Si ces "superbactéries" survivent à l'alcool, cela pourrait conduire à une "situation d'Armageddon (à savoir une situation qui risque de finir de façon catastrophique)", a-t-il prévenu. "Les gels hydroalcooliques devraient être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite