Gemmothérapie : comment utiliser les bourgeons pour se soigner

Carole de Landtsheer

Utiliser des jeunes pousses pour se soigner, tel est le principe de la gemmothérapie, une discipline naturelle en pleine éclosion.

En latin, « gemma » signifie bourgeon de plante mais aussi pierre précieuse. Ainsi, le terme « gemmothérapie » en dit long sur cette branche de la phytothérapie qui remonterait au Moyen Age – la religieuse Hildegarde de Bingen préconisait le recours à certaines souches. Mais il faudra attendre les années 60 pour que cette discipline, qui considère les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles comme de véritables principes actifs, donne réellement naissance à une thérapie. Et ce, sous l'impulsion du Dr Pol Henry, un médecin homéopathe belge. Aujourd'hui, la « phytembryothérapie » est en plein essor.

Plus efficace que la phytothérapie

Il existe une cinquantaine de souches de bourgeons disponibles dans le commerce contre trois cents plantes environ utilisées de façon courante et, en règle générale, les indications des plantes en gemmothérapie sont les mêmes qu'en phytothérapie traditionnelle. Les bourgeons de bardane sont conseillés pour « nettoyer » la peau, ceux d'artichaut pour améliorer la digestion… L'avantage des bourgeons ? Ils offrent une concentration élevée en principes actifs propres à assurer leur déploiement. « Ils contiennent de nombreux micronutriments tels que des oligoéléments, des vitamines et des polyphénols, qui disparaissent quand la plante devient adulte », explique Françoise Couic-Marinier, docteure en pharmacie, naturopathe et auteure de Mon cahier green power (Solar). « La...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi