Une gifle, une insulte, des messages insistants… Où commencent les violences conjugales ?

©MARTIN BERTRAND/Hans Lucas/Hans Lucas via AFP

Alors qu’Adrien Quatennens a admis avoir giflé sa femme lors d’une dispute, ses collègues masculins s’empressent de le défendre, arguant notamment que le terme de « violences conjugales » est excessif. Vraiment ?

Si vous êtes victime de violences au sein de votre couple et que vous signalez les faits, vous pouvez être aidée et protégée. Vous pouvez bénéficier de l'aide et de la protection quelle que soit votre nationalité et quelle que soit la durée de votre séjour en France. Contactez le 3919.

Vendredi 23 septembre, Manuel Bompard lâche une bombe sur le plateau de CNews. « Une gifle n’est jamais acceptable, mais elle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours », a-t-il avancé. Le député Insoumis faisait évidemment référence à l’affaire qui secoue la gauche depuis une semaine. Adrien Quatennens, poulain de Jean-Luc Mélenchon, est dans la tourmente depuis que le « Canard enchaîné » a révélé, le 14 septembre, que Céline Quatennens, la femme du député de la 1ère circonscription du Nord – avec qui il est en procédure de divorce – a déposé une main courante contre lui, à la suite d’une dispute lors de laquelle il l’a giflée.

À lire également >> Violences conjugales : leur chemin chaotique vers la liberté

Quelques jours plus tard, sur France 2, Jean-Luc Mélenchon soutient ses ouailles. « La gifle était il y a un an, il n’y en a pas eu depuis un an, et on doit tenir compte du fait qu’il s’excuse », a défendu le leader d’extrême-gauche. « Si vous n’avez pas de graduation, c’est que vous ne comprenez rien à ce qui se passe dans ce genre de situation, dit-il. C’est vrai qu’il y a un continuum dans...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi