Glossophobie : d’où vient la peur panique de parler en public ?

·1 min de lecture

Nous sommes amenés à prendre la parole tous les jours de notre vie ou presque. Mais certains ressentent une peur panique lorsqu’ils doivent s'exprimer à l’oral au point d’adopter des stratégies d’évitement et de refuser des postes à responsabilité. Éclairage sur la glossophobie. 

Souvenez-vous, dans le film « Le Discours d’un roi », de Tom Hooper, l’ancien roi d’Angleterre, George VI, père de l’actuelle reine, bégayait à chaque fois qu’il devait s’exprimer à l’oral, symptôme de sa peur panique de prendre la parole en public. Il dut corriger son bégaiement pour prononcer le discours d’entrée en guerre du Royaume-Uni contre l’Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale. Cette peur touche en réalité de nombreuses personnes tandis que les exposés, les conférences professionnelles ou les entretiens d’embauche ponctuent notre quotidien. Le ministère de l’Éducation nationale a même décidé de faire de l’expression orale une épreuve du bac, le Grand oral. Mais d’où vient la glossophobie et comment la soigner ? Décryptage.  

À lire aussi >> Olivia, haptophobe : « Je ne supporte pas qu'on me touche »

Qu’est-ce que la glossophobie ? 

La peur de parler en public « appartient à ce que l’on appelle l’anxiété sociale », explique le psychologue Vincent Trybou, auteur du livre « Comprendre et traiter l’anxiété sociale. Nouvelles approches en TCC » (2018). Et contrairement aux idées reçues, l’auditoire ne doit pas forcément être composé de dizaines de personnes pour provoquer une peur panique chez la personne atteinte de ce trouble : « Même le fait de parler devant une seule personne peut faire peur », souligne Vincent Trybou. Cette peur peut se déclencher devant un inconnu...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles